Alors...

Publié le par Gonzague Loumintope

Alors Jésus se tourna vers Marc et lui dit:


     _ «Amen, amen, je vous le dis tout de go : Heureux les pauvres de cœur : le royaume des cieux est à eux. »
Marc, qui ne comprenait pas forcément tout de suite ce qu’on lui disait, demanda :

            _ « Rabbi, qu’entends-tu par « pauvre de cœur » ? Insinues-tu que mon cœur est pauvre ?  Ou veux-tu seulement dire, métaphoriquement, que ceux qui n’ont pas inventé l’eau tiède auront aussi un rôle à jouer dans ce fameux royaume dont tu nous parles depuis trois ans déjà et qui semble être à l’avenir immédiat ce que Paul Eluard est à la poésie ? »

Alors Jésus sourit, soupira, il se tourna vers Jean, celui qu’il aimait, et il lui dit :


            _ « Heureux ceux qui consolent ceux qui se sont fait frapper sur la joue droite. Le royaume des cieux est à eux ».

Et il envoya un grand plomb dans la gueule de Marc, avec une telle violence que celui-ci chut lamentablement sur les dessins que Jésus avait faits sur le sable, juste avant la lapidation avortée de Marie-Madeleine. Voyant que Marc venait de foutre en l’air son travail, Jésus tabassa fou de rage le jeune homme qui, en voulant de débattre sur le sol, détruisit plus encore les pseudo oeuvres du Rabbi. Tout en frappant dans les côtes déjà ensanglantées du futur évangéliste, Jésus gueula :

          _ « Amen, amen, je vous le dis : Heureux ceux qui ont faim et soif de justice : ils seront rassasiés. Heureux les miséreux, ils obtiendront miséricorde, même s’il n’y a aucun rapport entre les deux. Si vous vous faites frapper sur la joue gauche, tendez l’autre joue. »

Après avoir écrasé la main de Marc qui tentait d’attraper un tesson de bouteille qui traînait là, Jésus continua sur le même ton :

_ « Aimez vos ennemis, comme je vous ai aimés ; et votre prochain pareil. Séparez l’ivraie du blé, et l’oseille aussi. Quand les chevaux sont fourbus, donnez-leur de l’avoine. Tant va Marie-Madeleine au puits qu’à la fin elle se casse. Qui vole un oeuf vole un bœuf. Cogito ergo sum. Alea Jacta est !» et il sauta, le coude en avant, sur la clavicule de Marc, qui se brisa, vu le bruit, en au moins 7 morceaux assez distincts. La clavicule, pas Marc.

Un peu essoufflé, franchement poussiéreux, Jésus se releva, passa la main sur son front, épousseta sa toge en toile de jute, et il termina :

_ « Si on vous demande d’où votre force spirituelle vient, tendez la joue gauche. » et il cracha à la gueule de Marc qui pleurait toujours.

Les pharisiens étaient étonnés. Certains murmuraient : « N’est-ce pas là Jésus, le Nazaréen, le fils de Joseph et de Marie, celui qui a échangé de l’eau contre du vin à Cana ? » D’autres répondaient : « Si ». Les premiers disaient alors : « Ah ».

 

Le Maître les avait entendus. Il leur dit : 

            _ «  Hommes de peu de foi ! Comment vos cœurs peuvent-ils rester aussi sourds ? Voyez ! Les malades se portent mieux ! Les aveugles entendent mieux ! Les sourds entendent mieux ! Les estropiés aussi ! » Jésus prit la main de Marc, l’aida à se relever. « Heureux ceux qui aident un homme à terre...» et, après un doux sourire, il lâcha le jeune homme qui retomba en hurlant sur sa clavicule broyée.
            _ «  Heureux ceux qui s’amusent d’un rien. Le royaume des cieux est à eux. »

Publié dans Pseudo Aventures

Commenter cet article