Plan du séminaire

Publié le par Gonzague Loumintope

Séminaire

Mes très chers amis. Je vous envoie ci dessous le plan du séminaire que je propose ce semestre à mes étudiants. En espérant que celui-ci vous interressera.
Bien à vous,
Toujours vôtre, Boudin.


Introduction à la théorie de la philosophie arboricole appliquée par ordinateur.

Professeur Rieu, André.
Diplômé des arbres et des lettres.
Année 2004-2005.

      Qu'est-ce que c'est que cette chose ?!


L'histoire nous l'apprend, les Hommes et leurs actes nous l'apprennent, l'être humain s'est développé en suivant des règles totalement absconses. L'Homme sait pertinemment que Dieu n'est qu'une idée, mais il se le cache, tant l'absolu, l'absurde absolu lui fait peur. L'Homme et son développement ne sont rien d'autre qu'une veule et stupide suite de hasards. Et c'est la prétention humaine qui tente de faire croire que nous sommes quelque chose de spécial. Qui nous prouve en effet que nous ne sommes pas au pied d'une échelle de l'évolution ? A-t-on donc d'autres exemples de civilisations ?
D'autres « humains » vivant sur d'autres planètes à consulter, observer ? Et, de fait, à établir une échelle de l'évolution ? Sommes-nous donc tant fascinés par nous mêmes que nous en oublions de nous remettre en cause ? En me regardant, je n'ai pas franchement l'impression d'être le fruit d'une volonté supérieure...en m'écoutant non plus, soit dit en passant...
La théorie de l'histoire soutenue par Hegel tendrait à nous faire croire que l'homme est à la fois acteur et spectateur du monde, qu'il ne serait, à titre individuel, qu'une espèce de fourmi. Le « Weltgeist » (L'esprit du monde) serait l'accumulation des arts et métiers terriens, une sorte de liste exhaustive de tâches nous incombant « volontairement », tâches qui seraient sans rapport direct les unes avec les autres, mais dont l'agencement, quelle qu'en soit la forme, serait un tout compact et singulier, qui représenterait Dieu, en quelque sorte. Cette théorie n'est pas inintéressante. Elle relève toutefois d'une croyance en quelque chose de supérieur à l'être humain, ce que nous rejetons en bloc.

      La philosophie arboricole relève quant à elle d'une foi inébranlable en l'arbre. L'arbre est à l'humain ce que le pénis est à l'homme : son organe central. De même que la glaise est à l'origine de beaucoup de choses (la crème est en glaise, la capote, en glaise. La clef également) l'arbre est à l'origine d'encore plus de trucs.
Sans arbre, nous ne pourrions pas vivre plus de pas longtemps. Les arbres nous voient naître, ils nous voient mourir. Ils accompagnent nos jeux d'enfants, devenant bien souvent symboles de défis qui nous semblent, encore très jeunes, insurmontables.
      Mais la philosophie arboricole (Sylvae Philosophia) ne se contente pas de l'arbre. Il serait trop aisé de ne considérer que cet aspect de cette matière. Non que je mette en porte-à-faux la facilité, loin de moi cette pensée. Le terme « aisé » signifie ici simplement que l'étude trop concise de la philosophie arboricole dresserait une palette faussement légère de cette matière. Les plantes vertes seront également de la fête. Vous trouverez ci-dessous la liste des sessions de ce séminaire ô combien fascinant, et riche en rebondissement.
Les conditions de participation à ce séminaire sont une bonne connaissance orale et écrite du latin et du chaldéen, une participation active aux discussions, de même qu'un travail écrit à remettre à ma secrétaire, Evelyne Dahlia, bureau 1245 Bmx 52114, 1547812 bis Avenue des Saules, St Foulzy les Barbelés, cedex 5478

     

1_ Lundi 28 Brumaire 2004 :

La philosophie arboricole. Quoi qu'est-ce, en fait ?
Naissance de cette matière.
Jean-Baptiste Rameau. Un précurseur ?
Patrick Chêne : le premier théoricien.
André Mineur. Un philosophe arboricole malgré lui ?
Pépin le Bref : l'inventeur de la pépinière.

Bibliographie :
Mineur, André : Des souris et des pommes. Chapitre 2. Un peintre sapin. Editions La porte entrouverte. San Sebastian, 1999.
Chêne, Patrick : La critique est aisée. L'arbre est difficile. Editions ORTF. Paris 1947.
Rameau, Jean-Baptiste : Symphonie pour flûte de panda en bois d'eucalyptus. Banlieue nord de Mulhouse, 1786. (Pour cette œuvre, consulter la Bibliothèque des Arbres Appliqués)

2_ Lundi 4 Pluviôse 2004 :

Sylvae Philosophia. Les penseurs latins et l'arbre
      Platon : La généalogie de la pensée caritative évolutive au service des hortensias.
      Socrate : Les algues marinées. Mythe ou réalité ?
      Diogène : Mon tonneau est vide. Je cherche un rhum.

Bibliographie :
Les trois cités ci-dessus, plus l'introduction à la philosophie hégélienne de Michel de Guérandes.


3_ Lundi 11 Pluviôse 2004 :

Les arbrophistes chaldéens.
      La persécution des arbrophistes.
      La palmeraie d'Ur : Refuge des premiers arbrophistes
      Intégration des arbrophistes : « L'arbreas Corpus »

Bibliographie :
      L' « Arbrus Dei » Premières professions de foi. (Le texte ne nous est malheureusement pas parvenu en version originale. Pour la version sous-titrée Antiope, consulter la bibliotek)

4_ Lundi 18 Pluviôse 2004 :

Dans l'espace…
      Le Monbin du Malabar (Cytherae Dulcis) Premier culte conservé rédigé en langue originale, le Kantyanamar.
      Le Cordia Alliodora. Traces de cultes chez les Incas, les Mayas, les Parias, les Charias et les viticulteurs.
      L'Arbrie Saoudite : Arbres préislamiques.

5_ Lundi 23 Thermidor 2004 :

Au bouleau ! Passons aux choses sérieuses et laissons de côté l'histoire.
      Arbre : Symbole de régénérescence équivoque, ambivalente et pneumatique.
      L'Homme : à mi-chemin entre l'arbre et l'animal ?
      Citation à méditer :
« Dans la tranquillité d'un champ lexical, je poussais, tel un arbre, calme, solitaire, mû par les seules oscillations, et du vent, et des chiens levant la patte sur moi »
  Eugène Buisson, Anthologie. Montluçon sur Courges, 1922
     
« Si ce n'est thuya, c'est donc ton frère » La Fontaine et La Bruyère, deux arbrophistes convaincus. Animaux et plantes chez les deux auteurs.

     
6_ Lundi 38 Thermidor 2004 :

Négations de l'arbre. Usurpations.
      Arbres de la liberté : Républicanisme Vs. Arbrophisme.
      Le festival de Cannes / Les canards : Détournement de la palme.

7_ Lundi 158 Ventôse 2004 : Dernière session.

Explication de pourquoi on n'a pas fait d'ordinateur.
Résumé du semestre.
Distribution des prix.
Lancé de casquette très haut dans le ciel.
Pot d'adieu.
Sanglots étouffés.
Retenue de circonstance.
Retour à la maison.
Cuisson des œufs.
Mangeage des œufs.
Regardage de Canal Jimmy
Dodo.

 

Publié dans cours universitaires

Commenter cet article